Philippe

Philippe

tem-1phil.jpg

Il y a environ 8 ans, j’ai fait une demande de prêt bancaire pour acheter une maison, et j’ai dû fournir des résultats d’analyse de sang pour l’assurance liée au dossier. Ces résultats montrant des anomalies, j’ai consulté mon médecin généraliste. Celui-ci, soupçonnant une hépatite, a fait procéder à des analyses complémentaires. Elles sont revenues négatives pour une infection virale, et le médecin m’a envoyé chez un confrère gastro-entérologue. Nouvelles analyses et ce médecin, devant un diagnostic incertain (il y avait encore moins de connaissances sur ces maladies à l’époque), m’adresse au service hépatologie de l’hôpital Saint-Antoine. Le diagnostic est alors établi, et confirmé après une biopsie : hépatite auto-immune et cirrhose biliaire primitive. Heureusement, la maladie était à un stade précoce, et le traitement prescrit a amené à une rémission en quelques années. Les bilans sanguins n’étant pas totalement revenus à la normale, je continue un traitement léger, avec analyses semestrielles et visite médicale annuelle. J’ai été très surpris par le diagnostic, alors que je ne souffrais d’aucun symptôme (en fait, j’étais fatigué depuis quelques mois, mais attribuais cela au stress et toute cette sorte de choses …), et étonné d’apprendre qu’il s’agissait d’une maladie essentiellement féminine ! Ma chance a été cette prise de sang fortuite, et de tomber sur des médecins qui ont su m’orienter rapidement vers les personnes compétentes. »