Sélectionner une page

Cirrhose Biliaire Primitive (CBP) et carcinome hépatocellulaire : une complication non exceptionnelle

Caballeria L, Pares A, Castells A, Gines A, Bru C, Rodes J.

Hepatocellular carcinoma in primary biliary cirrhosis: similar incidence to that in hepatitis C virus-related cirrhosis
Am J Gastroenterol 2001; 96 :1160-1163

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est une complication considérée comme rare au cours de la CBP.

Cependant, les études sont discordantes et l’incidence exacte du CHC au cours de cette maladie est encore mal connue. Certaines études suggèrent que le CHC pourrait être aussi fréquent au cours de la CBP que dans d’autres causes de cirrhose. Dans une étude rétrospective récente, Caballeria et al. ont comparé l’incidence du CHC dans une cohorte de 140 malades atteints de CBP suivis en moyenne pendant 5,6 ans à celle d’un groupe témoin de malades atteints de cirrhose virale C appariés sur l’age, le sexe et la période de suivi. Le CHC avait été recherché de manière prospective chez tous les malades par dépistage échographique et dosage de l’a-fœtoprotéine tous les 6 mois.

Cinq des 45 malades (11%) atteints de CBP au stade III-IV avaient développé un CHC pendant la durée de l’étude. Aucun des malades présentant un stade précoce (I-II) n’avaient développé cette complication. Pendant la même période, 15% des malades atteints de cirrhose virale C avaient développé un CHC. L’incidence du CHC était supérieure chez les malades atteints de cirrhose virale C par rapport à l’ensemble des malades atteints de CBP (p=0,001), mais elle n’était pas différente de celle observée chez les malades atteints de CBP au stade III-IV. Le risque relatif de développer un CHC au stade III-IV de la CBP était de 0,8 par rapport à la cirrhose virale C (p=ns). Les facteurs prédictifs et la mortalité spécifiquement liée au CHC n’ont pas été précisés.

En conclusion, ces résultats confirment ce que d’autres études avaient déjà suggéré. Le CHC ne doit pas être considéré comme une complication rare de la CBP. Son incidence au stade tardif de la maladie n’est pas loin d’égaler celle observée au cours de la cirrhose virale C. Par conséquent, il est nécessaire d’appliquer aux malades ayant atteint un stade tardif de la CBP les mêmes procédures de surveillance et de dépistage du CHC que celles préconisées au cours des cirrhoses de cause virale.