Sélectionner une page

La Cholangite Biliaire Primitive (CBP), la Cholangite Sclérosante Primitive (CSP), l’Hépatite Auto-immune (HAI), et le syndrome LPAC sont des maladies chroniques exigeant des prises de médicaments quotidiennes à vie. Les malades ont donc régulièrement  des questions sur leurs origines, leurs modes et  lieux de fabrication, sur leurs disponibilités, leurs dosages et compositions, leurs effets indésirables, etc….

A cet effet, la Présidente de notre association albi s’est ainsi faite la porte-parole des malades à plusieurs reprises en  attirant l’attention du Ministère de la Santé sur ces préoccupations. Nous avons donc été reçus le 19 septembre 2019 par des responsables de l’ANSM ( Agence Nationale de la Sécurité des Médicaments) afin de traiter du sujet  Médicaments, sécurité et contrôles, et notamment en prenant le cas concret de l’acide ursodésoxycholique .

Nos échanges se sont déroulés en toute transparence  et nous remercions vivement l’Agence pour toutes les informations transmises (consultez ici le compte-rendu).

La question sur la présence du dioxyde de titane dans le pelliculage de certains médicaments  a été évoquée au cours de cette réunion, mais comme il n’y a pas de changement par rapport à la situation d’aujourd’hui, le sujet n’a pas été repris dans ce compte-rendu.

Nous avions espéré que ces sujets puissent faire l’objet d’un exposé fait par l’Agence du Médicament lors de notre Journée d’Informations Médicales du 14 mars, exposé qui aurait ensuite permis une large communication. L’orateur de l’Agence pressenti étant indisponible,  ce compte-rendu vous informe sur l’essentiel.

 

> création : DaLe, albi, le 04/03/2020
> source: albi, ANSM (Agence Nationale de la Sécurité des Médicaments)