Sélectionner une page

Questions autour de la greffe du foie

Quand penser à une greffe de foie au cours d’une de nos maladies ?

La transplantation hépatique (greffe de foie) doit être lorsque la qualité de vie est tellement altérée qu’elle est incompatible avec, par définition, une vie normale. Les signes qui altèrent la qualité de vie sont rarement le prurit, quelquefois une grande fatigue associée fréquemment à des signes de dépression, la survenue d’une ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen), d’hémorragies digestives répétées, ou d’œdèmes des membres inférieurs.

Le critère déterminant de la greffe est l’élévation de la bilirubine. Il convient d’y penser lorsque le taux de bilirubine est supérieur à 60 µmol. Le bilan doit être fait à partir de ce moment-là afin de vérifier si aucune contre-indication n’existe à cette lourde intervention. Elle est envisagée lorsque le taux de bilirubine approche les 100 µmol.

Une indication particulière à la CSP est la survenue d’infection des voies biliaires (angiocholite). L’infection des voies biliaires est source de septicémie et met en jeu le pronostic. Il s’agit donc d’une indication à la transplantation hépatique même en l’absence de tests hépatiques fortement perturbés lorsque les épisodes d’infection sont récurrents.

Quels sont les résultats de la transplantation hépatique au cours de la CBP ?

Ils sont excellents lorsque les indications sont posées au bon moment. La survie à 5 ans après la transplantation est de l’ordre de 90 %. Une récidive de la CBP est possible. Elle se produit dans 20 à 30 % des cas dans les 5 ans qui suivent la transplantation. Le pronostic est en général excellent car la maladie n’entraîne pas de dégradation irréversible de la fonction hépatique. Le traitement repose sur la prise d’AUDC en combinaison avec les glucocorticoïdes et les immuno-suppresseurs.

 Quels sont les résultats de la transplantation hépatique au cours de la CSP ?

Les résultats sont également excellents : 80 % de survie à 5 ans. La récidive de la maladie est possible. Certaines études ont montré que la persistance d’une colite inflammatoire après la transplantation pouvait avoir un effet nocif sur le fonctionnement du foie. Cependant, ces études n’ont pas été toutes confirmées. En cas de maladie inflammatoire intestinale assurée, le risque de cancer rectocolique augmente après transplantation hépatique, probablement du fait des traitements immuno-suppresseurs.

Comment est organisée l’attente du foie en France ?

L’équipe médicale et chirurgicale qui vous prend en charge effectue un bilan extrêmement précis de votre organisme, de votre immunité, afin de parer à toute éventualité, pendant et après la transplantation. Une fois que ce bilan général et organe par organe a été fait, une réunion de l’ensemble des médecins anesthésistes et chirurgiens a lieu où ils décident de vous inscrire sur la liste d’attente de greffe qui est tenue à l’Etablissement Français des Greffes à Paris.

Le patient reçoit alors l’avis officiel de l’Etablissement Français des Greffes qui lui indique qu’il pourra être transplanté dans les semaines ou les mois qui viennent. Pendant ce temps, le patient ou la patiente est en contact permanent avec l’équipe de greffe et le médecin qui l’a pris en charge.

Est-il possible d’avoir un prélèvement d’une partie de son propre foie quand il est encore en bon état, le conserver et le garder pour une auto-greffe en cas de besoin ?

La réponse est non. En revanche, pour les greffes de moelle osseuse, cela est effectué, c’est à dire que l’on prélève des cellules souches qu’on greffera après avoir éliminé les cellules malades.

Qu’en est-il des greffes entre personnes vivantes, expérience en France ?

Les greffes entre personnes vivantes on eu un certain succès il y a quelques années, cependant les résultats sont difficiles à juger. Cela s’applique surtout entre adultes et enfants et tout à fait exceptionnellement entre adultes.

> création : AnLe, albi, le 29/03/2007
> rédaction : AnLe, albi, le 29/03/2007
> révisions : GuRi, albi, le 26/06/2016, PhDu, albi, le 13/09/2020
> sources : CRMR Hôpital Saint Antoine, Etablissement Français des Greffes