Sélectionner une page

L’Imurel® est théoriquement contre-indiqué pendant la grossesse, existe-il un réel risque pour l’enfant ou la mère en cas d’utilisation chez la femme enceinte ?

Les Thiopurines, et en particulier l’azathioprine, sont fréquemment administrées aux malades atteints d’hépatite auto-immune. Beaucoup étant des femmes jeunes, la question de la grossesse et de la gestion du traitement immunosuppresseur durant la grossesse peut se poser.

L’étude prospective néerlandaise référencée ci-dessus a inclus toutes les malades avec maladie inflammatoire de l’intestin qui ont consulté entre 2008 et 2016 dans un centre de conseil pré-conceptionnel. Parmi les 319 patientes ayant eu un conseil pré-conceptionnel, il y a eu 78 fausses couches et 311 naissances d’enfants vivants provenant de 232 mères. Toutes les femmes avaient une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (216 Maladie de Crohn, 85 RCUH et 8 colites inclassées)

108 grossesses ont eu lieu sous thiopurines [95 (88%) azathioprine, 12 (11%) mercaptopurine, 1 (1%) thioguanine] et 203 sans thiopurine. La plupart des patientes 96 (89%) ont utilisés des thiopurines durant toute la grossesse.

La prise de thiopurine n’était pas associée à la survenue de fausses couches spontanées, ni à un taux plus élevé de trouble de la croissance, d’infections, d’allergies, ou de maladies chroniques chez le bébé à 1 an de vie. Dans le cadre des maladies inflammatoires de l’intestin une rechute de la maladie inflammatoire était observée dans 100 grossesses (32%).

Ces résultats suggèrent que l’utilisation d’Imurel ® durant la grossesse est sûre pour la mère et l’enfant. Même si cette étude ne concerne pas directement des patientes atteintes d’hépatite auto-immune, ces résultats sont très intéressants. Pour pouvoir extrapoler ces résultats dans le cas des hépatites auto-immune, il faudrait réaliser une étude dédiée. Cependant ces résultats doivent rassurer les femmes enceintes sous traitement par Imurel ® quelle que soit la maladie sous-jacente.

Conclusion: L’utilisation de l’Imurel ® chez la femme enceinte ne semble pas entrainer de complications majeures pour la mère ou l’enfant. Bien sûr il s’agit de grossesses sous haute surveillance, le choix de continuer le traitement durant la grossesse doit faire l’objet d’une discussion entre le gynécologue, l’hépatologue et la patiente.

Source : Shannon L. Kanis, Alison de Lima- Karagiannis, Nanne K.H. de Boer and C. Janneke van der Woude
Clinical Gastroenterology and Hepatology Février 2017

Illustration : Femme enceinte, Edouard Degas (entre 1896 et 1910, moulage 1920)
Metropolitan Museum of Art, H.O. Havemeyer Collection, Bequest of Mrs. H.O. Havemeyer, 1929

 

EnregistrerEnregistrer